Épreuve obligatoire finale ponctuelle et épreuve facultative d’anglais
Article mis en ligne le 16 mai 2013
dernière modification le 9 décembre 2014

Explications et exemples pour les nouvelles modalités d’évaluation en langues au BAC Baccalauréat Professionnel Épreuve obligatoire finale ponctuelle et épreuve facultative d’anglais - 1ère et 3ème parties Commentaires concernant le déroulement de l’épreuve et exemples de supports possibles Textes de référence (Bulletin Officiel n° 21 du 27 mai 2010)
- Épreuve obligatoire finale ponctuelle : http://www.education.gouv.fr/cid517...
- Épreuve facultative : http://www.education.gouv.fr/cid517...
- Fiches d’évaluation et de notation : http://www.education.gouv.fr/cid517... I. Première partie de l’épreuve

1. Support L’examinateur fournit le document – inconnu du candidat – nécessaire à l’interrogation. On évitera tout support comportant des éléments susceptibles de heurter la sensibilité et les convictions du candidat. Le support choisi devra être authentique et sélectionné de manière à favoriser la prise de parole du candidat. L’objectif n’est pas de vérifier des connaissances mais de permettre au candidat de prendre la parole librement.

2. Organisation et déroulement Il est recommandé de se munir d’un nombre suffisant de supports différents. Si un même document est utilisé pour plusieurs candidats, il conviendra de s’assurer que ces derniers ne puissent pas communiquer entre eux. La première partie de l’épreuve est précédée de cinq minutes de préparation, en présence de l’examinateur. Le candidat dispose du support pendant ce laps de temps. A l’issue de l’épreuve, l’examinateur veillera à récupérer le document ainsi que les éventuelles notes prises par le candidat. Ces dernières seront détruites.

3. Évaluation Les grilles d’évaluation sont accessibles au moyen du lien ci-dessus. On veillera à utiliser la grille correspondant à l’épreuve (ponctuelle obligatoire ou facultative) et au « rang » de la langue (LV1 ou LV2) adéquats. L’examinateur situe la prestation du candidat sur l’un des quatre degrés figurant dans la première colonne de la fiche d’évaluation puis lui attribue le nombre de points correspondant. La troisième colonne (« Intelligibilité et recevabilité linguistique ») est destinée à matérialiser globalement le niveau de compétence atteint dans ce domaine à l’issue des deux premières parties de l’épreuve.

4. Illustrations a) Présentation d’exemples possibles de supports (1ère partie de l’épreuve) numéro titre nature et source thème éléments linguistiques éléments de référence au programme 1 DDI (Designated Driver Inc.) Document publicitaire adapté du site Internet : http://ddioffresno.com Alcool au volant Sécurité routière un énoncé un sigle (DDI) un numéro de téléphone Domaines : Vivre et agir au quotidien Modes de vie Transports S’informer et comprendre Société Social issues

2 This Modern Life Poster

site Internet : http://www.wellingtongrey.net Place de l’informatique dans la vie moderne un groupe nominal quatre verbes Domaines : Vivre et agir au quotidien Modes de vie Etudier et travailler Se cultiver, se divertir

3 What Makes A Good Society ? Carte postale site Internet : http://droppingknowledge.org Diversité culturelle deux énoncés Domaines : Vivre et agir au quotidien Relations avec les autres S’informer et comprendre Société Social issues Multicultural issues

4 Fill the Cup Document publicitaire Newsweek, December 21, 2009 Aide humanitaire et rôle de l’éducation deux énoncés complexes un énoncé simple Domaines : Vivre et agir au quotidien Relations avec les autres S’informer et comprendre Société Social issues Références historiques et géographiques

b) Supports 1. DDI (Designated Driver Inc.) http://ddioffresno.com Phone:559.313.0500 l 2. This Modern Life http://www.wellingtongrey.net i 5 3. What Makes A Good Society ? http://droppingknowledge.org 4. Fill the Cup Newsweek, December 21, 2009.

II. Troisième partie de l’épreuve

1. Support L’examinateur fournit le document – inconnu du candidat – nécessaire à l’interrogation. On évitera tout support comportant des éléments susceptibles de heurter la sensibilité et les convictions du candidat. L’annexe de l’arrêté du 8 avril 2010 mentionne que ce document ne doit pas comporter « plus de 15 lignes (ligne s’entend au sens de 70 signes environ, espaces compris…) ». On pourra s’appuyer sur l’adverbe « environ » pour tolérer + ou – 10 %, c’est-à-dire un nombre de signes compris entre 950 et 1150. Même s’il s’avère parfois nécessaire de couper ou d’abréger un texte, on s’interdira de récrire des passages, de changer des mots ou de simplifier des formulations. Rien n’interdit, en revanche, d’assortir le document d’une ou deux notes de vocabulaire. Si un nombre plus important de notes semble nécessaire, cela signifie que le texte est probablement trop difficile. L’identification par le candidat de la nature et de l’origine du document étant une attente première, il y a nécessité que ces dernières soient clairement et complètement indiquées. S’agissant d’une évaluation de la compréhension de l’écrit, il est logique que le texte soit premier, les éventuels éléments visuels ou iconographiques accompagnant le document restant seconds. Les supports de cette partie de l’épreuve ne sauraient s’apparenter aux « déclencheurs de prise de parole » de la partie 1 de l’épreuve ponctuelle ou facultative.

2. Organisation et déroulement Il est recommandé de se munir d’un nombre suffisant de supports différents. Si un même document est utilisé pour plusieurs candidats, il conviendra de s’assurer que ces derniers ne puissent pas communiquer entre eux. Compte tenu de la durée de cette partie de l’épreuve et de l’absence de préparation, le « temps nécessaire à la prise de connaissance du document » devrait raisonnablement être de l’ordre de 3-4 minutes, 5 tout au plus. Durant cette prise de connaissance, le candidat n’est pas autorisé à prendre des notes car la situation proposée n’est pas une situation de lecture personnelle (que le candidat ferait pour soi-même) mais relève d’une tâche de communication : le candidat lit la quinzaine de lignes en question pour en communiquer immédiatement la teneur, le sens, etc. à un interlocuteur. La première question posée au candidat est essentielle. En effet, cette première question, qui vise la compréhension globale du texte voire l’identification de sa finalité, doit nécessairement porter sur la nature, la fonction, l’origine, la destination, etc. du document. Le nombre de questions défini (entre quatre et six) ne signifie pas que le professeur doit impérativement préparer à l’avance les questions. Cela signifie encore moins qu’il doit prévoir d’accorder tel ou tel nombre de points à chacune de ces questions-là. En conséquence, il paraît pertinent que, lors de leur sélection et préparation des supports de cette partie de l’épreuve, les examinateurs assortissent ces supports (dans leurs notes et documents personnels) non pas d’une série de questions pré-formulées mais d’une simpleliste (indicative et non limitative) recensant les aspects, les éléments, les faits, les événements, les détails, etc. sur lesquels il serait possible, en fonction de ses réponses et au fil de ces dernières, d’interroger le candidat. Cette liste, qui ira « du général au particulier », n’interdira aucunement, là aussi sur la base des réponses successives du candidat, de poser si besoin des questions que l’on n’a pas prévues à l’avance. A la fin de cette troisième partie de l’épreuve, le professeur-évaluateur peut éventuellement demander au candidat de lire à haute voix tout ou partie du document. On pourra, le cas échéant, avoir recours à cette possibilité : a) à titre de confirmation de la (bonne ou relativement bonne) qualité de la compréhension du document ; b) pour permettre à un candidat (moyen) de montrer par cette lecture qu’il sait percevoir – même en l’absence de compréhension parfaite ou exhaustive – le caractère significatif de tel(s) ou tel(s) élément(s) du document ; c) pour ne pas laisser repartir sur une impression d’incapacité totale les candidats qui seraient restés muets ou quasiment muets face aux questions.

3. Evaluation Les grilles d’évaluation sont accessibles au moyen du lien ci-dessus. On veillera à utiliser la grille correspondant à l’épreuve (ponctuelle obligatoire ou facultative) et au « rang » de la langue (LV1 ou LV2) adéquats. L’examinateur situe la prestation du candidat sur l’un des quatre degrés figurant dans la quatrième colonne de la fiche d’évaluation puis lui attribue le nombre de points correspondant.

4. Illustrations

a) Présentation d’exemples possibles de supports (3ème partie de l’épreuve) numéro titre nombre de signes nature et source iconographie aide lexicale thème éléments de référence au programme

1 iPads 1047 Article de type journalistique adapté du site Internet : http://santacruzsentinel.com non deux éléments traduits Informatique et enseignement Domaines : Etudier et travailler Monde scolaire

2 Stay Safe Online 1052 Document d’information site Internet : http://www.childnet.com oui pictogramme non Sécurité sur Internet à destination du jeune public Domaines : S’informer et comprendre Société Social issues

3 Fuelling Fire Stations 1057 Extrait d’article de presse Lincolnshire Echo, February 3, 2010 non deux éléments traduits Ecologie : panneaux solaires Domaines : S’informer et comprendre Société Social issues

4 No Plastic Bags Pledge 859 Document publicitaire site Internet : http://www.leonardodicaprio.org oui deux photos non Ecologie : développement durable Domaines : S’informer et comprendre Société Social issues Vivre et agir au quotidien Modes de vie Shopping

5 Jessica Watson 1101 article de presse site Internet : http://www.bbcnews.com non non Sport (navigation à voile) Domaines : Se cultiver, se divertir Sports et loisirs Sports and leisure activities

b) Supports

Document 1 iPads Monte Vista School – California – has 60 of the latest must-have technology from Apple for use in classrooms. The iPads were introduced Thursday to students who will participate in a pilot project. If all goes well, Headmaster Stephen Sharp anticipates replacing heavy and expensive textbooks* with cheaper, interactive e-versions. “There are many advantages,” he said. “They provide new access to photos, videos, daily newspapers …” “I’m really new to it but I’m super-excited to use the iPad,” history teacher G. Davis told his students. If he’s lecturing, they can type their notes using the flat-screen keyboard and if he’s talking too fast and a student misses something, well, there’s an app for that too. SoundPaper** gives students the ability to record the lecture for listening later at home. “It’s a little easier to use,” said Alyssa, 15, comparing the iPad to a textbook. For now, students will have to e-mail their notes to an account they can access at home since the iPads are for classroom use only. Adapted from Monte Vista Christian taps iPad for teaching by Donna JONES, April 17, 2010 http://santacruzsentinel.com, * textbook : manuel scolaire **SoundPaper : bloc-notes sur iPad

Document 2 http://www.childnet.com

Document 3 FUELLING FIRE STATIONS WITH ECO-FRIENDLY SOLAR PANELS Solar panels are to be installed on the roofs of the Lincoln fire stations, plus stations in Bardney. Each installation will cost between £15,000 and £25,000 to complete. Lincolnshire Fire and Rescue has set itself a target* of reducing its carbon emissions by 20 per cent by 2012.And it says it has already managed to cut emissions from its buildings by six per cent. Fire service operations manager Andy Whitfield said : ‘By investing in technologies such as these, the service can make significant savings** to the amount of energy used’. ‘It makes good sense financially as these changes will result in savings not just now, but in years to come. It also helps the service to cut its greenhouse gas emissions and this will help towards Lincolnshire County Council’s aims of cutting its carbon dioxide emissions by 20 per cent between 2006 and 2012’. ‘We are really keen to continue improving our sustainability and are working to change little things that will reduce our carbon footprint in the future.’ Lincolnshire Echo, Wednesday, February 3, 2010. *target : objectif **savings : économies

Document 4 http://www.leonardodicaprio.org

Document 5 Jessica Watson A 16-year-old Australian girl is nearly home after sailing around the world. After more than six months at sea Jessica Watson is in the final stretch of her epic voyage around the globe. She’s hoping to reach Sydney Harbour later this month a couple of days shy of her seventeenth birthday. But although there’s no question that she’s circumnavigated the globe, sailing experts say she hasn’t gone far enough to claim the record of being the youngest person to sail solo non-stop and unassisted around the world. The influential Sail World website has praised her heroic achievement but is a stickler for the rules of what it calls "true circumnavigation". To have achieved that, it says, the teenager should have sailed much farther north into the Atlantic to a point in line with France, rather than simply crossing the Equator and then returning south. "We don’t want to take away from what the kid’s done," said the editor of the website "but it’s one thing to be a hero and another to be a record holder. Had she sailed three thousand seven hundred kilometres further she could have made that boast." Nick Bryant, BBC News, Sydney http://www.bbc.co.uk/worldservice